Définition opérationnelle de l'antisémitisme

L'objet de ce document est de fournir un guide pratique permettant d'identifier les incidents, de collecter des données et d'apporter un soutien (logistique) à la mise en vigueur et à l'imposition d'une législation relative à l'antisémitisme. Définition opérationnelle :

 

"L'antisémitisme est une perception donnée des juifs, qui peut prendre la forme de la haine à l'encontre des juifs. Les manifestations verbales et physiques d'antisémitisme sont dirigées contre des personnes juives – ou non-juives – et/ou contre leurs biens, contre des institutions de la communauté juive ainsi que contre ses lieux de culte. " De plus, ces manifestations peuvent aussi prendre pour cible l'Etat d'Israël, en qualité de collectivité juive. L'antisémitisme accuse fréquemment les juifs de conspirer afin de faire du mal à l'humanité, et il y est souvent fait recours afin de faire endosser aux juifs " tout ce qui va mal ".

 

Il s'exprime à travers le discours, les écrits, les visuels et les actes, en recourant à des stéréotypes sinistres et à des aspects négatifs de la personnalité. Des exemples contemporains d'antisémitisme, dans la vie publique, les médias, les écoles, les lieux de travail et dans la sphère religieuse peuvent inclure, étant donné le contexte général, les faits suivants, non limitatifs :


– Appeler à, contribuer à, ou justifier l'assassinat ou l'agression de juifs au nom d'une idéologie radicale ou d'une conception religieuse extrémiste.


– Formuler des allégations fallacieuses, déshumanisantes, diabolisantes ou stéréotypées au sujet des juifs en tant que tels ou du pouvoir des juifs pris collectivement – tels, en particulier, mais non exclusivement, le mythe d'une conspiration juive mondiale, ou de juifs contrôlant les médias, l'économie, le gouvernement ou toute autre institution sociale.



autres langues

čeština

български

Bosanski

الْعَرَبيّة

Ελληνικά

Eesti keel

Deutsch

Dansk

Français

فارسی

Español

Latviešu valoda

Italiano

Hrvatski

Magyar

Norsk

Nederlands

Lietuvių

Română

Português

Polski

Монгол

Svenska

Srpski

Suomi

Русский

Українська

Türkçe

 

– Accuser les juifs, en tant que peuple, d'être responsables pour des méfaits commis par un individu ou un groupe juifs, voire même pour des actes commis par des non-juifs.


– Nier la réalité, l'étendue, les mécanismes (telles les chambres à gaz) ou l'intentionnalité du génocide perpétré envers le peuple juif par l'Allemagne national-socialiste et ses partisans et complices au cours de la Seconde guerre mondiale (Shoah).


– Accuser les juifs, en tant que peuple, ou Israël, en tant qu'Etat, d'avoir inventé, ou exagéré, la Shoah.


– Accuser des citoyens juifs d'être plus loyaux envers Israël, ou envers les priorités alléguées des juifs, de par le monde, qu'envers les intérêts de leurs propres nations.


Des exemples de la manière dont l'antisémitisme se manifeste, lorsqu'il est question de l'Etat d'Israël, compte tenu du contexte général actuel, peuvent être, notamment


– Le fait de dénier au peuple juif sont droit à l'autodétermination, notamment en affirmant que l'existence d'un Etat d'Israël est le résultat d'une action raciste.


– Le fait d'appliquer le " deux poids, deux mesures " en exigeant d'Israël un comportement que l'on n'attendrait ni a fortiori n'exigerait d'aucune nation démocratique autre que lui.


– Utiliser les symboles et les images associées à l'antisémitisme classique (tels, par exemple, les affirmations selon lesquelles les juifs auraient assassiné le Jésus-Christ ou les diffamations sanglantes [accusant des juifs d'avoir perpétré des meurtres rituels d'enfants, ndt]) afin de caricaturer Israël ou les Israéliens.


– Comparer la politique israélienne actuelle à celle des Nazis.


– Tenir les juifs collectivement responsables des actes de l'Etat d'Israël.


Toutefois, des critiques envers Israël similaires à celles qui sont formulées à l'encontre de n'importe quel autre pays ne sauraient être considérées antisémites. Les actes antisémites sont criminels lorsqu'ils sont ainsi qualifiés par la loi (par exemple, le négationnisme de la Shoah ou la diffusion de documents antisémites, dans certains pays). Des actes criminels sont antisémites quand les cibles des agressions, qu'il s'agisse de personnes ou de biens – tels des bâtiments, des écoles, des lieux de cultes et des cimetières – sont choisis parce qu'ils sont effectivement – ou parce qu'ils sont perçus comme étant – juifs, ou liés à des juifs. La discrimination antisémite est le déni à des juifs d'opportunités ou de services offerts à d'autres [des non-juifs, ndt]. Elle est illégale dans de nombreux pays.